Les maladies cardiovasculaires et leur incidence !

levure de riz rouge et cholesterol
levure de riz rouge et cholesterol
levure de riz rouge et cholesterol

Du fait des maladies cardio-vasculaires, c’est la première cause de décès dans le monde, et chaque année, on estime à environ 17 millions de décès qui seraient dûs à des pathologies cardio-vasculaires, soit environ 30 % de la mortalité mondiale.

Les origines pathologiques sont des infarctus du myocarde et des accidents vasculaires cérébraux.

On pourrait penser que ces maladies cardio-vasculaires sont plus importantes dans les pays occidentaux les plus civilisés, mais il n’en est rien et c’est tout le contraire, car plus de 3/4 des accidents cardio-vasculaires arrivent dans des pays sous-développés ou en voie de développement.

Il est tout à fait envisageable de prévenir une grande majorité des maladies cardio-vasculaires en essayant de contrôler les facteurs de risques tels que l’alimentation non-équilibrée, le surpoids et l’obésité, le tabagisme, l’insuffisance d’exercice physique, le diabète, l’hypertension, et bien sûr des taux de cholestérol ou de lipides circulants trop élevés.

Les facteurs de risque les plus importants que l’on constate généralement en premier sont l’alimentation désordonnée, le manque d’activité physique, l’abus de cigarettes et d’alcool. Ces facteurs de risque précités sont à l’origine de 80 % des maladies cardiaques et cérébro-vasculaires.

Dans les pays peu développés où l’incidence des maladies cardiaques est tout à fait élevé, la cause en est une consommation abusive d’alcool et un tabagisme très important du fait d’un accès facile au tabac et de stratégies de lutte nationales peu évoluées ou peu efficaces pour inverser le cours des maladies cardio-vasculaires.

Les campagnes d’information sur les risques du tabac, sur la nécessité de manger 5 fruits et légumes par jour, de réduire sa consommation d’alcool ont porté leurs fruits et sont permises par le fait que le monde occidental est beaucoup plus vite informé et a accès à une information rapide et de qualité.

Il faut noter également que les professionnels de la santé assurent un bon relais de cette information auprès des patients et que la prise en charge des maladies cardio-vasculaires est efficace.

La prise en charge des problèmes cardio-vasculaires passe au niveau clinique par une évaluation des risques avec l’aide de calculateurs des risques cardio-vasculaires encourus qui prennent en compte les données d’observation de la cohorte de Framingham.

Cette équation prend en ligne de compte l’âge, le sexe, le taux de cholestérol total, le taux de HDL-cholestérol dans le sang, la pression artérielle systolique, et la présence de diabète et de tabagisme. De nouveaux outils peuvent également prédire les risques encourrus sur les 10 ans à venir. Mais ces calculateurs sont souvent peu fiables et éloignés de la vérité, et il est préférable d’établir un examen cinique et assurer un suivi spécifique de chaque patient.

Il faut aussi avoir recours au bon sens qui veut que les personnes à risque sont souvent en surpoids, ne pratiquent pas d’activité physique, ont tendance à manger gras et surtout des graisses saturées, consomment trop d’alcool et ont tendance à fumer régulièrement plusieurs cigarettes par jour.

On a constaté que réduire fortement l’apport en sel dans l’alimentation, de cesser de fumer, de consommer plus de fruits et de légumes, de pratiquer une activité sportive régulière et d’éviter l’usage régulier et en grande quantité d’alcool permettent de réduire fortement les risques de développer un infarctus ou un accident vasculaire cérébral.

Mais le plus important dans tout cela est la « lutte » contre les hyperlipidémies, car un excès de triglycérides dans le sang va provoquer des risques d’oxydation et la formation de plaques d’athérome , ces retrecissements vasculaires qui peuvent engendre des infarctus artériels.

L’hypercholestérolémie la plus développée dans le monde occidental est l’hypercholestérolémie de type 2b qui montre une élévation du cholestérol et des triglycérides dans le sang, c’est l’hypercholestérolémie liée aux problèmes de comportement alimentaire souvent lié avec du surpoids, où la consommation d’acides gras saturés et de graisses de type trans est élevée, et pour laquelle il y a également un manque d’exercice physique chez pratiquement tous les patients.

Il est donc conseillé d’entreprendre rapidement un régime alimentaire adapté à cette hypercholestérolémie, et de consommer oméga 3, anti-oxydants sous forme de gélules et levure de riz rouge qui vont aider à baisser le cholestérol et le LDL cholestérol, ces lipoprotéines circulantes qui sont facilement oxydables, d’environ 20 % avec la prise de 10 mg de monacoline K par jour.

Share Button

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*