Les nouvelles approches du traitement du cholestérol – levurederizrouge.eu !

HDL-cholesterol-levurederizrouge-euUne des découvertes les plus importantes de la médecine préventive est d’avoir analysé que des niveaux élevés de cholestérol dans le sang pouvaient accélèrer les problèmes d’athérosclérose, qui évoluent ensuite au  durcissement des artères.

En présence d’hypertension, et de facteurs de risques comme l’inactivité, le tabagisme ou le diabète, un taux de cholestérol élevé peut s’avérer être l’un des plus importants promoteurs de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, et de maladies vasculaires périphériques (comme le blocage de la circulation aux extrémités, généralement au niveau des jambes).

 

Le Cholestérol en lui-même n’obstrue pas directement les artères, mais peut contribuer à la formation des plaques d’athérome. La théorie actuelle est que des niveaux élevés de cholestérol entretiennent l’inflammation des parois des vaisseaux sanguins et les amènent à subir des changements irréversibles au niveau de la structure de l’intima.

Parce que la plupart du cholestérol est fabriqué par le corps lui-même, au niveau du foie, les sources alimentaires de cholestérol (tels que les œufs ou les abats d’origine animale) ne sont pas généralement le problème le plus important. La proportion relative dans le régime alimentaire des apports en  graisses insaturées par rapport aux graisses saturées et hydrogénées (principalement obtenus à partir des produits d’origine animale) représente un problème beaucoup plus important.

 

Les premières études scientifiques qui se sont intéressées aux origines d’un cholestérol élevé, se sont intéressées qu’à la concentration du cholestérol total. Aujourd’hui, le profil global des lipides sanguins est pris en compte : le  LDL cholestérol («mauvais» cholestérol), le HDL cholestérol («bon» cholestérol) et les triglycérides totaux qui sont les mesures les plus communes et les plus liées au cholestérol. La Lipoprotéine A (à ne pas confondre avec l’apolipoprotéine A) et le cholestérol LDL oxydé attirent une attention croissante de la communauté scientifique en ce moment.

 

Ce changement d’orientation scientifique a grandement changé les recommandations médicales et aimentaires.

Par exemple, la réduction de l’apport en matières grasses diminue généralement le cholestérol total. Sur cette base, les autorités médicales avaient depuis longtemps adopté la politique de recommander des diètes alimentaires faibles en graisses.

Maintenant, lorsque l’on prend en compte les autres paramètres sanguins liés aux lipides, il est maintenant clair que la réduction de l’apport en graisses n’est pas la seule chose à mettre en place.

En l’état actuel des connaissances, Il est possible qu’un régime faible en glucides et riche en graisses mono-insaturées (par exemple, l’huile d’olive) offre un meilleur résultat qu’un régime pauvre en graisses et riche en glucides sur les paramètres sanguins et notamment sur le HDL cholestérol.

Les personnes qui diminuent fortement les glucides de leur alimentation (sucres, patisseries, pâtes, riz, pomme de terre et pain) et, qui augmentent, voire stabilisent leur consommation de graisses perdent plus de graisse de réserve, conservent plus de masse musculaire et présentent moins de risques cardiovasculaires que ceux qui adoptent une alimentation faible en graisses, selon une étude récente mise en place par le American National Institute of Health.

La perte de poids est l’objectif principal, et si vous êtes en surpoids et que vous arriverez à perdre quelques kilos, votre profil de cholestérol sera presque certain de s’améliorer.

 

Augmenter son exercice physique et améliorer la perte de poids peuvent produire conjointement des améliorations adéquates des concentrations des valeurs lipidiques dans le sang. Si un tel changement de mode de vie n’est pas efficace, il existe de nombreux médicaments très efficaces dans la panoplie médicale à notre disposition. Les médicaments de la famille des statines sont les plus efficaces, et ils ont démontré leur efficacité pour prévenir les crises cardiaques et ainsi réduire la mortalité. D’autres options plus naturelles sont disponibles comme la niacine (vitamine B3), les fibres solubles, le coenzyme q10.

 

La Levure de riz rouge :

 

La Levure de riz rouge est une substance médicinale traditionnelle chinoise. Elle est fabriquée par fermentation sur le riz  oriza sativa d’un type spécial de levure appelée Monascus purpureus. La levure de riz rouge contient des substances hypocholestérolémiantes qui ont un profil biochimique similaire aux molécules de la famille des statines. Comme les statines, la levure de riz rouge semble être très efficace pour améliorer divers concentrations du profil lipidique, y compris le cholestérol total, le cholestérol LDL et le ratio LDL / HDL ratio.

Vraisemblablement il présente également les mêmes risques de sécurité que les statines.

 

Dans une étude transversale menée en 2011 prenant en compte 22 essais, les scientifiques ont conclu que l’extrait de levure de riz rouge (appelé Xuezhikang) était aussi efficace que les statines pour abaisser le taux de cholestérol et de triglycérides chez des personnes atteintes d’un cholestérol élevé et / ou d’un taux de triglycerides élevés. Les doses d’efficacité obtenues avec la levure de riz rouge étaient aussi plus faibles que celles nécessaires avec les satines.

 

Pour plus d’informations, consultez le site pharma5avenue. http://www.pharma5avenue.com

Share Button

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*