Les Problemes de Cholesterol chez la Femme :

 

menopause-et-cholesterolLes oestrogènes, les hormones sexuelles féminines tendent à augmenter le HDL cholestérol – le bon cholestérol, et en règle générale, les femmes ont un HDL cholestérol (le bon cholestérol) plus élevé que les hommes.

La production d’œstrogènes est d’ailleurs plus élevée pendant les années de procréation ; et cela peut aider à expliquer pourquoi les femmes entre l’âge de 20 ans et de 45 ans environ, ce que l’on appelle la période large de pré-ménopause, sont généralement protégées contre les maladies cardiaques.

Les femmes plus âgées ont tendance à avoir des taux de triglycérides plus élevés. Comme les personnes vieillissent, leur poids a tendance à augmenter également, et leurs taux de triglycérides et de cholestérol ont tendance à aller également vers le haut.

À une époque, on pensait que la thérapie hormonale substitutive (THS) pourrait diminuer les risques de maladies cardiaques et d’AVC chez la femme. Cependant, des études récentes ont montré que la THS ne réduisait pas le risque de maladie cardiaque et d’AVC chez les femmes ménopausées, et l’American Heart Association (la puissante association américaine de prévention des maladies cardiaques) recommande de ne pas utiliser de THS pour la prévention cardiovasculaire, du fait également des nombreux effets secondaires que la thérapie substitutive peut créer au niveau vasculaire, notamment veineux.

 

L’American Heart Association recommande par contre de mettre en place un traitement efficace pour aider à abaisser le LDL cholestérol (le mauvais cholestérol) pour la plupart des femmes ayant des risques de développer des maladies cardiaques. Le traitement anti-cholestérol doit être combiné avec un régime alimentaire faible en graisses saturées, en acides gras trans, en acides gras d’origine laitière, en cholestérol, en sodium et en sucres. Le régime alimentaire doit être par contre riche en fruits, en légumes, en céréales sous type de graines entières riches en fibres. Les Poissons riches en oméga 3 tels que le saumon, la truite ou le hareng doivent être consommés deux fois par semaine. En outre, les femmes doivent gérer efficacement leur poids, ne doivent pas fumer et faire en moyenne 40 minutes d’une activité physique comme le cardio-training à une intensité modérée, trois ou quatre fois par semaine.

 

les risques de maladies cardiaques augmentent au fur et à mesure que les organismes vieillissent, et en particulier après l’apparition de la ménopause.

 

La Menopause et le Cholesterol :

La ménopause ne cause normalement pas de maladies cardio-vasculaires. Toutefois, certains facteurs de risques augmentent au moment de la ménopause et un régime alimentaire riche en matières grasses, une addiction au tabac ou une mauvaise hygiène de vie sur une période prolongée sont des initiateurs de problèmes cardio-vasculaires futurs.

La ménopause n’est d’ailleurs pas une maladie. C’est une phase naturelle du cycle de la vie d’une femme et il est important, à l’approche de la ménopause, de faire un véritable bilan de leur santé.

La ménopause se situe lorsque les périodes menstruelles s’arrêtent définitivement, et ceci se produit vers l’âge de 54 ans en moyenne.

Environ 30 000 femmes européennes de moins de 50 peuvent avoir une crise cardiaque chaque année. Une augmentation sensible des crises cardiaques apparait chez les femmes en période de post-ménopause, environ 10 ans après la ménopause. Les maladies cardiaques sont en fait la principale cause de décès des femmes à partir de 60 ans.

Les niveaux d’oestrogènes peuvent jouer un rôle indéniable.

Une baisse de l’hormone oestrogène naturelle peut être un facteur dans l’augmentation des maladies cardio-vasculaires chez les femmes post-ménopausées. Les oestrogènes sont censés avoir un effet positif sur la couche interne de la paroi des artères, aidant à conserver la flexibilité des gros vaisseaux sanguins. Cela signifie qu’ils peuvent se dilater et se contracter pour réguler le flux sanguin.

Malgré les avantages des hormones féminines, l’Association américaine du Coeur recommande de ne pas utiliser l’hormonothérapie substitutive en période de post-ménopause pour essayer de réduire les risques de maladies coronariennes ou d’accidents vasculaires cérébraux car certaines études récentes ont montré que la THS semble ne pas réduire les risques et même les augmenteraient.

La baisse de synthèse d’oestrogènes n’est pas la seule raison pour laquelle les femmes font face à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires, après avoir atteint l’âge de la  ménopause.

Un grand nombre de modifications métaboliques s’effectue au moment de la ménopause. La pression artérielle commence à s’élever. Le taux de LDL cholestérol ou «mauvais» cholestérol commence à augmenter également alors que le HDL cholestérol, ou «bon» cholestérol commence à baisser. Le taux de triglycérides augmente également.

 

Entretenir sa santé cardiovasculaire :

Si vous avez un mode de vie sain et que vous continuez à suivre ce même mode de vie à la ménopause, votre risque de développer une maladie cardiaque ou un AVC est plus faible. Les antécédents familiaux et l’hérédité contribuent également à l’évaluation de ces risques.

 

Les femmes doivent prendre soin de leur cœur par l’entretien de leur corps en pratiquant un exercice régulier et en ayant une bonne nutrition. Il faut veiller également à éliminer les mauvaises habitudes comme le tabagisme ou la consommation régulière d’alcool même à faibles doses, qui peuvent contribuer à une ménopause précoce, à augmenter les risques d’avoir des caillots sanguins, à réduire la souplesse des artères et à réduire les taux de HDL cholestérol HDL.

 

L’American Heart Association recommande au moins 4 à 5 portions de fruits et légumes par jour, au moins 6 à 8 portions de graines de céréales complètes par jour, afin d’apporter un régime journalier de 2000 calories, et une variété d’aliments nutritifs, riches en vitamines, en minéraux mais également en fibres. Il faut également apporter des poissons gras, des noix et des légumineuses comme la graine de soja qui vont apporter des oméga 3, des acides gras poly-insaturés, ainsi que des phyto-oestrogènes.

Les femmes devraient aussi viser un objectif de faire 150 minutes d’activité physique chaque semaine pour aider à prévenir les maladies cardiaques, et une heure d’exercice par jour dans le cadre d’un programme de perte de poids, en fonction des besoins individuels de chacun.

La marche, le vélo, la danse ou la natation sont des activités qui mobilisent les gros muscles à faible résistance et sont de bons exercices de cardio-training.

L’essentiel est de se faire plaisir tout en faisant du bien à sa santé cardiaque !

Share Button

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*